En hommage à Mathilde – la porteuse de lumière

Mathilde (23 ans) je ne l'ai jamais rencontrée. J'en ai entendu parler lors de notre journée Porte Ouverte par Mathieu, son compagnon. Mathilde s'est noyée en mars 2017 en portant secours au chien d'un de ses camarades. Certains diront « quel gâchis, perdre la vie pour un animal ». Aux yeux de Mathilde, sauver cet animal était une évidence et il n'y avait aucune autre alternative. De l'au-delà, elle nous envoie un message fort. Par son acte d'amour, elle nous dit que la vie d'un animal vaut autant que celle d'un humain.

Certains penseront que ce discours est bien joli mais que sa mort reste malgré tout inutile, voire stupide. Et si ce n'était pas le cas ? De Mathieu, il rayonnait la force de Mathilde. Ce décès a bouleversé ses croyances et sa vie et il a peut-être trouvé son chemin au travers de ce douloureux événement. Il est devenu pour un temps le messager de lumière de sa compagne.

Une collecte en faveur des animaux a été organisée lors d'un hommage qui lui a été rendu. Sa maman, Maria, m'a appelée pour m'annoncer qu'un don serait fait à notre association. Je m'attendais à avoir au bout du fil une femme amer, dévastée par le chagrin. C'est tout le contraire. Maria m'a confié combien la mort de sa fille avait transformé sa famille. Il n'y a là aussi que élévation et lumière. Elle m'a parlé de Mathilde, de son amour inconditionnel et de son respect pour les animaux, de la cause qu'elle voulait défendre, ainsi que des signes prémonitoires d'une vie qui allait être abrégée.

Mathilde avait une prescience de son destin et elle a suivi SA voie jusqu'au bout et en cela, elle est admirable. Perdre sa vie pour un animal était pour elle une raison d'être et sa mort a un sens pour tous ceux qu'elle a touchés. Son décès est source d'inspiration pour ses proches et même pour ceux qui ne la connaisse pas. De son vivant, elle dégageait du charisme mais depuis, son rayonnement s'étend au-delà de ce qu'on peut imaginer et je n'ai nul doute que depuis là-haut, elle sera l'ange protecteur d'une multitude d'animaux.

Mathilde souhaitait apprendre à communiquer avec les animaux. Je suis une communicatrice depuis de nombreuses années et je me fais son porte-parole pour dire combien ils méritent d'être aimés, respectés et entendus. Ils ont une âme, une vie spirituelle et certains de ceux qui partagent mon quotidien m'ont appris de grandes leçons. Par un lien invisible, je me sens connectée à cette porteuse de lumière et à sa famille et je suis emplie de respect pour Mathilde.

Voici la prière amérindienne que ses proches ont souhaité partagé lors de la cérémonie d'adieu du 15 mars.

Quand je ne serai plus là, lâchez-moi.

Laissez... moi partir.

Car j'ai tellement de choses à faire et à voir.

Ne pleurez pas en pensant à moi.

Soyez reconnaissants pour les belles années,

Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour

et mon amitié.

Vous ne pouvez que deviner

Le bonheur que vous m'avez apporté.

Quand il sera temps pour vous de partir,

Je serai là pour vous accueillir,

Absente de mon corps, présente avec Dieu.

N'allez pas sur ma tombe pour pleurer.

Je ne suis pas là, je ne dors pas.

Je suis les milles vents qui soufflent,

Je suis le scintillement des étoiles dans le ciel,

Je suis la lumière qui traverse les champs de canne,

Je suis la douce pluie de l'hivernage,

Je suis l'éveil des oiseaux dans le calme du matin,

Je suis l'étoile qui brille dans la nuit

N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,

Je ne suis pas là, je ne suis pas morte.